top of page
  • nicolasmontagne83

Pensées & textes inspirants...



« Apprenez à accueillir et à aimer vos fragilités. La faille de l’être c’est la béance par laquelle la vie nous relie les uns aux autres par l’amour.


Ne nous relions pas seulement aux autres par la synergie de nos forces et de nos dons, mais aussi, et surtout, par la complémentarité de nos manques et de nos faiblesses.


La vie veut que nous ayons besoin les uns des autres, et que nous puissions nous soutenir dans l’amour


L’Ame du monde a fait ainsi, chaque être est doté d’un don qui lui permet d’être un soutien, une consolation ou une lumière pour les autres ; mais aussi d’une faille, d’une fêlure, d’une fragilité, qui réclame l’aide des autres ».


Frédéric Lenoir


🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿🌿


La fougère et le bambou...

« Un jour, je me suis avoué vaincu… J’ai renoncé à mon travail, à mes relations, à ma vie. Je suis alors allé dans la forêt pour parler avec un ancien que l’on disait très sage.


– Pourrais-tu me donner une bonne raison de ne pas m’avouer vaincu ?


– Regarde autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou ?


– Oui, répondis-je.


– Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sortit des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.


La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.


La troisième année, toujours rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.


La quatrième année, de nouveau, rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.


Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sortit de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.


La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’ont rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.


Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de faire pousser des racines ?


Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.


Ne regrette jamais un seul jour de ta vie. Les bons jours te rendent heureux. Les mauvais jours te donnent de l’expérience. Les deux sont essentiels à la vie, lui dit l’ancien, et il continua…


Le bonheur te rend doux. Les essais te rendent fort. Les peines te rendent humain. Les chutes te rendent humble. La réussite te rend brillant.


Si tu n’obtiens pas ce que tu désires, ne désespère pas… Qui sait, peut-être que tu es juste en train de fortifier tes racines. »


✨✨✨✨✨✨✨✨✨✨



« Il y a des gens avec qui l'on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Qui ne vous éclairent pas, ne vous nourrissent pas, ne vous donnent pas d'élan. Encore heureux quand ils ne vous détruisent pas à petit feu en se suspendant à vos basques et en vous suçant le sang.


Et puis, il y a ceux que l'on croise, que l'on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie. Vous n'attendiez rien d'eux, vous les connaissiez à peine, vous vous êtes rendu léger, légère, au rendez-vous et découvrez qu'ils ont ouvert une porte en vous, déclenché un parachute, initié ce merveilleux mouvement qu'est le désir, mouvement qui va vous emporter bien au-delà de vous-même et vous étonner ».


Victor Hugo


🏺🏺🏺🏺🏺🏺🏺🏺


La jarre fêlée…


"Tous les matins, un paysan chinois allait chercher de l’eau à la rivière. Il remplissait deux jarres qu’il suspendait aux deux bouts d’un solide bâton posé sur ses épaules.


Mais l’une des jarres était fêlée et l’eau gouttait le long du chemin. La jarre en était affligée. Elle en soufrait, car elle avait le sentiment de ne pas accomplir correctement ce pour quoi elle était faite. Aussi, un jour, elle demanda pardon au paysan.


De quoi dois-je donc te pardonner ? s’étonna-t-il.


Tu le sais bien, répondit-elle, je suis fendue et je ne rapporte à ta maison que la moitié de ce que tu as puisé. J’ai honte de moi. J’aimerais être comme ma compagne qui fait avec honneur son travail de jarre.


Retourne-toi, lui dit-il. Et que vois-tu de ce côté du chemin ?


Des fleurs, des fleurs partout, tout le long de la route.


Ces fleurs, c’est toi qui les as fait naitre, et elles sont devenues belles parce que tu les arroses chaque matin ! Elles te rendent grâce, comme je te rends grâce, car je peux ainsi offrir de temps à autre un beau bouquet à ma femme.


Regarde maintenant de l’autre côté du chemin ! Que vois-tu ?


Il n’y a rien, rien que de la poussière sur un sol de cailloux.


Certes, ta compagne fait au mieux son travail de jarre, mais elle n’a pas ton talent. Chacun fait selon sa nature ! Réjouis-toi d’être fendue et imparfaite car, comme souvent, ta faille a son talent caché !"


Michel Piquemal, Philippe Lagautrière


☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️



"Nous pouvons seulement faire ce que nous pensons pouvoir faire.

Nous pouvons seulement être ce que nous pensons pouvoir être.

Nous pouvons seulement avoir ce que nous pensons pouvoir posséder.

➡️Ce que nous faisons, ce que nous sommes, ce que nous avons, tout cela dépend de nos pensées".


Robert Collier



🐸🐸🐸🐸🐸🐸🐸🐸🐸🐸


La course des grenouilles...

Une bande de grenouilles décida d’organiser une course. L’enjeu était d’être la première à arriver tout en haut d’une tour très haute.


Dès que la nouvelle de la course se répandit, des tas de grenouilles curieuses se rassemblèrent pour voir et soutenir les concurrentes.


Pleines de courage et de motivation, les candidates se placèrent sur la ligne de départ et commencèrent à grimper.


Mais très vite, les grenouilles du public se mirent à faire des commentaires décourageants et négatifs: “Elles n’y arriveront jamais !”, “Elles sont bien trop lentes !”


Au bout de quelques minutes, certaines grenouilles en course se sentirent démotivées et abandonnèrent. Celles qui persévérèrent finirent par succomber à la fatigue.


Alors qu’il ne restait que quelques grenouilles en lice, les commentaires des grenouilles spectatrices reprirent: “Pour qui se prennent-elles, si c’était possible, nous l’aurions déjà fait !”, “On n’a jamais vu pareille sottise, les grenouilles ne sont pas faites pour grimper !”.


Au fil du temps, les dernières concurrentes firent gagner par le découragement.


​Toutes. Sauf une!!


Cette dernière grenouille grimpait lentement, sans relâche, tandis qu’autour d’elle les commentaires se faisaient de plus en plus négatifs : « Descends, tu n’y arriveras jamais ! ». « Tu es ridicule ! ».


​Pourtant, la petite grenouille continua à avancer, lentement mais sûrement, sans faiblir.


​Après un dernier effort, elle finit par gagner le sommet. Toutes les autres grenouilles se précipitèrent autour d’elle pour savoir comment elle avait fait pour réaliser ce que personne au monde n’avait encore jamais fait. L’une d’entre elles s’approcha pour lui demander sa recette.


✨C’est alors qu’elle découvrit que la petite championne était sourde… ✨


🙏🙏🙏🙏🙏🙏🙏🙏🙏


« Je crois que nous sommes tous connectés.

Je crois en l'énergie positive.

Je crois aux pouvoirs de la prière.

Je crois qu'on peut faire le bien sur terre

et je crois dans le fait de prendre soin les uns des autres ».


Harvey Fierstein


🫶🫶🫶🫶🫶🫶🫶🫶🫶🫶


« Quand j’avais 17 ans, j’ai lu une citation du genre : « Si vous vivez chaque jour comme si c’était le dernier, un jour viendra qui vous donnera raison. » J’en ai été marqué et, depuis lors, au cours des trente-trois dernières années, je me suis regardé dans le miroir chaque matin et je me suis dit : « Si c’était le dernier jour de ma vie, est-ce que je voudrais faire ce que j’ai à faire aujourd’hui ? » Et à chaque fois que la réponse est « non » plusieurs matins d’affilée, je sais que je dois changer quelque chose.


L’outil le plus important que j’ai trouvé pour m’aider à prendre de grandes décisions, c’est de me souvenir que je serai bientôt mort. Parce que presque tout-ce qu’on espère des autres, l’orgueil, la peur d’être ridicule ou de se planter, tout cela disparait face à la mort, et ne reste que ce qui est vraiment important. Pour éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre, le meilleur moyen est de vous rappeler que vous allez mourir. Vous êtes déjà nu. Alors, autant suivre votre cœur.


Votre temps est limité, alors ne le perdez pas à vivre la vie d’un autre. Evitez d’être piégé par le dogme- c’est-à-dire vivre sur les résultats des pensées des autres. Ne laissez pas votre voix interne être noyée par le bruit des opinions des autres. Et , plus important que tout, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Eux savent déjà ce que vous voulez réellement devenir. Tout le reste est secondaire… »


Extrait du discours de Steve jobs à Stanford en 2005.


💡💡💡💡💡💡💡💡💡


Le Phare


Quand le phare projette sa lumière, il ne mesure pas l’intensité de l’orage, ni ne le juge.

Avant de faire briller sa lumière, il ne se dit pas à lui-même:


” Je dois comprendre où va ma lumière et pourquoi? ”


Tout ce qu’il sait, c’est qu’il a été construit pour disperser l’obscurité, le vent puissant et les vagues qui se briseront sans fin sur sa structure.


De plus, il n’a pas peur. Il ne sait pas quand l’orage finira, et quel sera son degré d’intensité. Il ne sait pas pour quelle raison cet orage a été créé. Tout ce que le phare sait ou connaît, c’est qu’il est en sécurité et qu’il doit faire briller sa lumière dans l’obscurité, afin d’aider les autres à trouver la sécurité du port.


Il ne cherche pas à comprendre de quelle façon il est devenu une lumière, mais il sait ce qu’il est et ce qu’il doit faire. Il sait également que la lumière qu’il diffuse est attendue par ceux qui sont dans l’obscurité et qui la recherchent.


L’être humain est pareil à ce phare: il lui suffit d’ouvrir pleinement son cœur💖 pour que rayonne sa lumière intérieure, transformant instantanément l’obscurité alentour en une douce et intense lumière d’Amour…


💝💝💝💝💝💝💝💝


Notre cœur rayonne!! Il produit un champ magnétique 5 000 fois plus puissant que le cerveau.


Et ces vibrations d’amour sont contagieuses ! Chaque personne que vous rencontrez est un cadeau. Par le rayonnement de votre cœur, vous toucherez ces personnes, qui à leur tour rayonneront auprès de leurs proches 💗


Laisser parler son cœur, sans un mot, et dans des énergies d’amour, c’est émettre de douces et puissantes vibrations que les oreilles n’entendent pas mais que l’âme ressent.


Nicolas


⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐


Prendre un moment pour soi, se reconnecter en son cœur, se recentrer...


💖C’est faire une pause dans notre quotidien qui n’est, le plus souvent, qu’agitation, course, tumulte, stress, inquiétude face à l’avenir ou rumination du passé.


Nous nous enfermons dans notre routine où tout va très vite, où nous n’avons plus le temps de rien et nous sommes déconnecté de nos sensations.


💗C’est faire une pause dans le flot incessant de nos pensées, ces pensées qui arrivent et repartent sans discontinuer, on passe de l’une à l’autre sans un instant de répit... C’est comme un tourbillon dans notre tête, un cyclone permanent de sensations, d’images, de sons, d’émotions et cela peut nous fatiguer à la longue voire être épuisant.


💝 Se recentrer en son cœur, c’est se retrouver dans l’œil du cyclone. Tout est calme. C’est être dans sa paix intérieur, dans un silence intime, un havre de paix idéal, c’est être dans l’instant, le moment présent... et dans un espace plein d’amour où l’intention est pure.


➡️Et vous pouvez en profiter pour puiser dans cet espace et diffuser cet amour qui part de votre cœur et envahie tout votre corps. Ressentez cette vague de chaleur qui se diffuse et rayonne en vous. Vous êtes là... ici et maintenant... vous êtes bien... et vous vous enveloppez d’amour, de cet amour inconditionnel qui irradie en vous et tout autour de vous.


"S’aimer soi même c’est s’autoriser à briller..."


Nicolas


⚫⚫⚫⚫⚫⚫⚫⚫⚫⚫


Le point noir


“Un jour, un professeur entra dans une classe et demanda à ses élèves de se préparer à une interrogation surprise. Les élèves, étonnés, attendaient que le contrôle commence. Le professeur distribua les feuilles d’interrogation face vers le bas, comme d’habitude.


Lorsqu’il les eut toutes distribuées, il demanda aux élèves de retourner leur feuille. À la surprise générale, il n’y avait aucune question. Juste un point noir au centre de la feuille. En voyant l’expression des visages des élèves, le professeur leur dit : “Je voudrais que vous écriviez ce que vous voyez ici…”


Les étudiants, un peu confus, commencèrent ce devoir inexplicable. À la fin du temps imparti, le professeur ramassa les copies et commença à les lire à haute voix devant toute la classe.


Tous les étudiants avaient défini le point noir, en essayant d’expliquer sa position au centre de la feuille.


Après que toutes les copies eurent été lues, le professeur commença à expliquer :


“Je ne vais pas vous noter là-dessus. Je voulais juste que vous réfléchissiez. Personne n’a rien écrit au sujet de la partie blanche de la feuille. Tout le monde s’est focalisé sur le point noir. Et la même chose arrive dans nos vies. On a tendance à focaliser sur le point noir. Le problème de santé qui nous embête, le manque d’argent, une relation compliquée avec un membre de la famille, une déception avec un ami…


Les points noirs sont très petits quand on les compare avec tout ce que nous avons dans nos vies, mais ce sont eux qui polluent notre vie. Éloignez vos yeux des points noirs de votre vie et prenez conscience de tout ce que vous avez.


Profitez de chacune de vos satisfactions, de chaque moment positif que la vie vous donne. Voyez l’abondance autour de vous et vivez heureux…”


Jeanne Dupont


☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️☀️


"Ris le plus souvent possible, et surtout de toi-même!


Quand viennent les larmes, accepte, souffre et … continue d’avancer.


Accueille chaque jour qui se lève comme une opportunité, et pour cela, ose entreprendre.


Laisse tomber la routine, préfère les nouvelles routes aux chemins mille fois empruntés !


Efface le gris de ta vie et allume les couleurs que tu possèdes à l’intérieur.


Exprime tes sentiments pour ne jamais rien perdre des beautés qui t’entourent.


Que ta joie rejaillisse sur ton entourage et abats les frontières personnelles que le passé t’a imposées. Mais, rappelle-toi : l’unique personne qui t’accompagne toute la vie, c’est toi-même.


Sois vivant dans tout ce que tu fais !


Entoure-toi de tout ceux que tu aimes : famille, animaux, souvenirs, musique, plantes, un hobby… tout ce que tu veux…


Ton foyer est ton refuge, mais n’en deviens pas prisonnier.


Ton meilleur capital, la santé. Profites-en. Si elle est bonne ne la détruis pas, si elle ne l’est pas, ne l’abîme pas davantage.


Sors dans la rue, visite une ville ou un pays étranger, mais ne t’attarde pas sur les mauvais souvenirs.


Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune, un véritable soleil.”


Pablo PICASSO


✨✨✨✨✨✨✨✨


Le secret du bonheur...


Un enfant demande à son père:


– Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?


Alors le père demande à son fils de le suivre. Ils sortent de la maison, le père sur leur vieux cheval et le fils suivant à pied. Et les gens du village de dire:


– Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d’aller à pied !


– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.


Le lendemain ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils sur le cheval et lui marchant à côté. Les gens du village dirent alors:


– Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !


– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.


Le jour suivant ils s’installent tous les deux sur le cheval avant de quitter la maison. Les villageois commentèrent en disant:


– Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi!


– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.


Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, le cheval trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire:


– Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C’est le monde à l’envers !


– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.


Arrivés à la maison, le père dit à son fils:


– Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur.


Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire.


Fais ce qui te plaît et tu seras heureux.


Source inconnue


🙌🙌🙌🙌🙌🙌🙌🙌🙌


"Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites.

C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.


Nous nous posons la question… Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?


Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde.


L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres.

Nous sommes tous appelés à briller, comme les enfants le font.

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus, elle est en chacun de nous.


Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.


En nous libérant de notre propre peur, notre puissance libère automatiquement les autres".


Marianne Williamson


🦅🦅🦅🦅🦅🦅🦅🦅🦅


La légende des deux faucons.


Le roi d'un pays lointain reçut un jour deux jeunes faucons en offrande qu'il remit sans tarder au fauconnier pour qu'il les dresse.


Au bout de quelques mois, le roi demanda au maître fauconnier des nouvelles concernant le dressage des deux précieux oiseaux.


Celui-ci l'informa qu'un des deux faucons répondait parfaitement au dressage, mais que l'autre n'avait pas bougé de la branche où il l'avait posé le premier jour.


Le roi fit venir des mages pour qu'ils voient le faucon, mais aucun d'eux n'arriva à faire voler l'oiseau. Il confia alors la mission aux membres de la cour, mais rien de plus ne se passa.


Désespéré, le roi décida de faire savoir à son peuple qu'il donnerait une superbe récompense à la personne qui arriverait à faire voler le faucon. Et dès le lendemain matin, il vit le faucon en train de voler élégamment devant les fenêtres du palais.


Le roi dit à sa cour : « Amenez-moi l'auteur de ce miracle ! » Et un modeste paysan se retrouva alors devant lui.


Le roi lui demanda : « C'est toi qui as fait voler le faucon ? Comment as-tu fait ? Est-ce que tu es magicien ?


Intimidé, le paysan dit au roi : « Ce n'est pas de la magie ni de la science, Majesté, j'ai juste coupé la branche et le faucon a volé. Il s'est rendu compte qu'il avait des ailes et il a commencé à voler. »


La légende raconte que depuis ce jour, le faucon vola librement et sans restriction aucune. Le roi prenait simplement plaisir à le regarder.


✨Et vous, quelle est cette branche à laquelle vous vous êtes accroché pour vous empêcher de vous envoler ?✨

Source inconnue



Très belle journée à toutes et tous et prenez soin de vous🙏💖


Nicolas


22 vues

Comments


bottom of page